Coudoulet Rouge 2012: "Un vin de plaisir, d'avenir, de vérité" - Magazine du Vin

mai 27, 2015

À l'aube, au-dessus du feuillage sombre des oliviers, des cèdres et des chênes verts, se détachent trois arches du géant romain. Le thym, la lavande sauvage, les genévriers, les essences résineuses, seules productions de ce désert végétal, exhalent leurs parfums solitaires sous un ciel flamboyant, bleu et serein, tandis qu'un homme en costume et une femme en haillons couleur de sang, sur le pont du Gard, s'enlacent et s'aiment à en perdre la raison. Le vin présente une robe sombre aux reflets rubis. Il exhale d'abord l'encre. Viennent ensuite la résine, les essences végétales ( herbes de Provence, lavande ) et la cerise charnue. Enfin, avec l'aération, du poivre noir tombe sur des clous de girofle. Sur le palais, la vanille, le laurier, le genièvre, l'encre encore, tissent une dentelle de velours qui intègre complètement les tanins du vin. Ces derniers croquent dans le réglisse et le cacao, qui imprègnent tout le nectar. La syrah porte un panier de mûres épaisses, des prunes kirschées, de la confiture ayant macéré avec des aromates de pain d'épices et des notes fumées un peu sèches. Le mourvèdre contient un poivre blanc somptueux qui "sucre" du chocolat froid, du cassis surmûri et du fin de fin d'été. La finale est une infusion de thym dans laquelle trempent le cacao et le réglisse. Un vin de plaisir, d'avenir, de vérité: Nouvelle vague !

Note: 92/100 -